Contactez-nous
Le blog / Infos destinations

Noël chez les Romains

Enseignement  Rome - Enseignement Noël chez les Romains

La naissance de Jésus coïncide-t-elle avec le solstice d’hiver ? Heureux hasard ? Décision à postériori de replacer cet évènement à une date symbolique ?

Les Évangiles ne mentionnent aucune indication sur cette date. D’autres traditions ont opté pour le 6 janvier, tout proche et qui reste la date pour les Orthodoxes.

Le choix de cette date remonte au 4° siècle quand le pape Liberus ( le créateur de Sainte-Marie-Majeure à Rome, l’église de la nativité et des reliques de la Crèche)  désigne officiellement la date du 25 décembre qui était à cette époque, l’une des plus importantes fêtes dans l’empire : la naissance du Soleil dans la religion du Sol Invictus et du culte de Mithra. On comprend aisément le choix du solstice pour fêter la naissance du soleil. Rappelons que cette religion était celle de Constantin jusqu’à sa conversion au seuil de sa mort (moins de 20 ans avant la décision de Liberus) et était la plus répandue dans l’empire au début du 4° siècle. De là à imaginer que les chrétiens n’ont pas hésité à « phagocyter » cette fête populaire !

En remontant un peu avant l’arrivée à Rome du Culte de Mithra ou du Sol Invictus (3° siècle), le solstice d’hiver est déjà la fête la plus importante de la Rome antique avec les Saturnales qui, au départ, commémorent la nuit la plus longue de l’année. Cette fête se termine par la victoire de la lumière sur les ténèbres. Le dieu Saturne est à la fois le dieu de l’agriculture et de la mort.

Les saturnales sont restées dans les mémoires et peut-être de façon excessive comme une fête populaire où tout était permis, où toutes les barrières sociales disparaissaient, où toutes les débauches restaient impunies. Concrètement, c’est une période chômée, comme nos vacances : écoles, boutiques, tribunaux, spectacles… tout est fermé. Les romains se réunissent en famille et entre amis autour de grands banquets puis sortent dans les rues pour se souhaiter joyeusement : « Bonne fête de Saturnalia ! ».

Les maisons sont décorées de verdure, de houx, de gui et de guirlandes. Des figurines grotesques sont suspendues au seuil de la maison. On s’offre des cadeaux : des bijoux, des porte-bonheurs, des gâteaux, de jouets ou une petite somme d’argent (des étrennes).

Pour choisir les cadeaux, des marchés spéciaux sont ouverts.

Enfin on déguste un gâteau dans lequel est dissimulée une fève qui désignera le « Roi du banquet » qui pourra distribuer des gages ou donner de ses ordres.

Toutes nos traditions festives (la galette des rois, les cadeaux et même, les marchés de Noël) sont déjà présentes. On imagine presque le sapin et les boules de Noël  !

 

 

 

Voir aussi