Contactez-nous
Inde Voyage au pays des Maharadjas
Présentation

Partir en voyage sur mesure en Inde : la perspective d'un voyage entre traditions et modernité.

En quête d’aventures, de terres nouvelles et de spiritualité, nombre d’occidentaux entreprennent le voyage vers le sous-continent indien. Terre de contrastes et de paradoxes, l’Inde est un objet de fascination pour l’Occident depuis Alexandre le Grand. Cette nation que marquent 3000 ans d’histoire est aujourd’hui entrée dans l’ère de la globalisation. Subtil mélange entre traditions ancestrales et hyper-modernité, tout est fait pour séduire le voyageur. L’Inde, c’est aussi la fête des couleurs de Holi, les plages paradisiaques de Goa, les réserves naturelles à l’Est, près de Calcutta, qui abritent les derniers tigres du Bengale, Bombay et son cinéma emblématique, Cochin et son histoire coloniale et Pondichéry la française. Aux marches du pays, le dialogue historique entre les seigneurs du Rajasthan-Gujarat et les marchands arabes a donné lieu à des merveilles. Une infinité de palais, d’innombrables Haveli, demeures ostentatoires des commerçants ou des ministres, ont poussé dans les villes de cette province. Leur luxe raffiné ou tapageur s’exprime en d’époustouflants décors qui ornent les murs de l’imprenable cité de Chittorgarh et les temples d’Ahmedabad, Jaipur, Agra, Dehli et Lucknow. Le plus emblématique de ces monuments étant le Taj Mahal où vit pour l’éternité, le souvenir d’une superbe histoire d’amour.

© TERRALTO

Conseils pratiques pour bien préparer votre voyage sur mesure en Inde

GÉOGRAPHIE

3.268.000 km² – 3200 km du nord au sud, 3000 km dans la partie la plus large (entre l’Indus et la Birmanie) – C’est le 7ème plus grand pays du monde. Hauts sommets glacés, déserts brûlants, jungles, vastes plateaux, rizières, plages tranquilles, plantations de coton forment un paysage aux multiples contrastes. Bordée par la Mer d’Oman et le Golfe du Bengale (5500 km de côtes). “République démocratique souveraine socialiste laïque”, République fédérale de 25 états et 7 territoires, membre du Commonwealth.

POPULATION

Environ, 970 millions d’habitants (1/6 de l’humanité sur 3% de la surface du globe) source 1997, 2ème pays après la Chine, dont 77 % sont  des paysans, pauvres. Plus du tiers vivent dans la plaine du Gange, de Delhi à Calcutta (plus de 8 millions d’habitants à Delhi). 760 millions d’hindous (80%). 110 millions de musulmans. 20 millions de chrétiens.16 millions de sikhs. 7 millions de bouddhistes.

LANGUE : 14 langues principales et plus de 1.000 dialectes. Les langues les plus couramment employées sont l’hindi et l’anglais.

CLIMAT

La plus grande partie de l’Inde connaît trois grandes saisons : fraîche (hiver de novembre à mars) , chaude (été, d’avril à juin)  et pluvieuse, mais le climat varie beaucoup du nord au sud.

J F M A M J J A S O N D
BOMBAY (moyenne) 19/28 20/28 22/30 24/32 26/33 26/31 25/30 24/29 24/30 24/32 23/32 20/30
DELHI (mini/maxi) 4/24 6/27 9/36 15/29 23/44 22/45 25/42 24/32 21/37 15/37 9/31 5/26
MADRAS 20/30 20/30 24/33 24/33 26/38 26/37 26/35 26/35 26/35 23/29 23/29 20/30
GOA 20/32 20/32 24/33 24/33 26/33 24/30 23/29 23/29 23/29 22/32 22/32 20/32

VÊTEMENTS

Dans le nord, de décembre à février prévoir des lainages. De mars à novembre : vêtements en coton d’été, imperméable ou parapluie pendant la mousson.

Dans le sud, vêtements d’été toute l’année. Lunettes de soleil, bonnes chaussures de marche, pulls pour les soirées.

Éviter, pour les femmes, shorts, minijupes, décolletés importants.

ACHATS

Pierres précieuses et semi-précieuses, bijoux anciens en argent, soieries, saris, tapis, cotonnades, vanneries, thé, poteries, épices, parfums, instruments de musique traditionnels…. . Il est d’usage de marchander (pas trop lorsque le prix est indiqué ou pour des objets pesés)

Attention exportation interdite : antiquités (objets de plus de 100 ans) peaux, fourrures et tous produits provenant d’animaux (cornes), bijoux en or de plus de 2.000 Rs et de plus de 10.000 Rs (matières autres que l’or).

RENSEIGNEMENTS PRATIQUES

Courant : 220 volts – Prises américaines, adaptateur indispensable

Décallage horaire : 3H30 en été, 4H30 en hiver

Monnaie : ROUPIE INDIENNE cours très variables. 1euro = 78,71 roupies au 08/11/2019. Importation et exportation interdites. Dollars et euros sont changés dans la majorité des hôtels. Traveller’s cheks conseillés. Cartes de crédit acceptées dans la plupart des hôtels, restaurants et magasins. Déclaration de devises à remplir à l’arrivée.

Pourboires : il est d’usage de donner un pourboire pour les menus services rendus  (portiers, garçons d’étages…) (le pourboire ne doit pas dépasser 0,25/0,40 €). Payer 11 roupies au lieu de 10, 101 au lieu de 100 : c’est un porte bonheur …Pour le guide , prévoir 1€, par jour , pour le chauffeur 1€ et pour l’assistant-chauffeur 0.50 € soit 2.5 € par jour et par personne.

Poste : il est préférable de poster son courrier dans un bureau de poste.

À emporter : Une lampe de poche , à piles rondes ( il n’y a pas de piles plates en Inde). Foulard pour se protéger de la pollution.

PRÉCAUTIONS GÉNÉRALES D’ HYGIÈNE ET DE SANTÉ

Pas de vaccin obligatoire mais vaccins conseillés : anticholérique, DTTAB Polio,

Si la plupart des séjours en Inde ne posent aucun problème de santé significatif, quelques précautions à respecter vous permettront d’éviter bien des soucis ou de compromettre une partie de votre séjour. L’Inde est l’un des pays du monde où l’hygiène laisse le plus à désirer. Autant dire que les précautions « environnementales » les plus strictes doivent être appliquées pour tout séjour en Inde. En toute première priorité, les précautions alimentaires « universelles » doivent être strictement suivies. Se laver les mains assez fréquemment et impérativement avant chaque repas.

Soleil : Le soleil peut entraîner des brûlures souvent très désagréables et parfois sévères. Il faut éventuellement préparer sa peau avant de partir et de toutes façons il faut éviter une exposition solaire prolongée. L’utilisation de crème solaire haute protection est indispensable. Par ailleurs l’association conjointe chaleur/soleil/déshydratation peut entraîner un coup de chaleur dont certains peuvent être graves. Emporter, casquette ou  chapeau, lunettes de soleil, crème solaire protectrice etc …

Baignade en eau douce : A éviter de façon générale. Risque de leptospirose.

Boissons

L’eau : évitez absolument d’en boire avant d’y avoir mis quelques produits désinfectant, du genre hydroclonazone ou Micropur  (et par sécurité, pas même pour se laver les dents). Pas de glace non plus, bien sûr. Il existe de l’eau minérale, en bouteille plastique partout : la Bisleri, la Titanic, la Icy, etc. Vérifiez bien qu’un plastique de sécurité est sur le bouchon.
Attention, toujours demander qu’on débouche la bouteille devant vous.

Ne pas abuser des boissons gazeuses.
L’alcool est rare et cher, mais on peut en trouver dans les beer and wine shops.
Le thé est évidemment la boisson nationale. Souvent servi avec du lait et plus souvent encore bouilli avec, jusqu’à constituer un sirop très sucré typique et délicieux.
Le jus de mangue (mango juice) et de noix de coco.
Milk-shake : le mango milk-shake est certainement le meilleur.
Lassi : c’est une boisson populaire à base de yaourt. On peut en trouver de trois sortes, nature, sucré ou salé.
Le nimbu pani est un jus de citron vert excellent. Attention, il est coupé d’eau.

Fruits et nourriture

Nous conseillons d’acheter des fruits à écorce dans les marchés. Éviter les salades de fruits servies dans la rue. Ne vous refusez pas le plaisir d’un jus de fruits frais, à condition d’éviter les glaçons. N’achetez ou ne consommez que des fruits et légumes qui peuvent s’éplucher ou se peler

Les aliments les plus à risque sont les plats préparés et consommés froids dans un deuxième temps; les fruits de mer, viandes, poissons peu ou mal cuits et les crudités ainsi que les fruits non épluchés soi-même sont également à risque.

Ces recommandations ne s’appliquent pas pour les restaurants d’un certain standing.

Pharmacie

Pensez à emporter tous vos médicaments habituels. Si jamais en raison d’un problème de santé un traitement vous est proposé, il vaut mieux le recevoir par voie orale plutôt qu’en perfusion si c’est possible. Si vous ne prenez pas de traitement contre le paludisme, il vous faudra adopter les mesures suivantes : dès le coucher du soleil, ne porter que des vêtements recouvrant le maximum de surface corporelle ; pour les parties qui restent découvertes, utiliser des crèmes, pommades ou sprays répulsifs anti-moustiques.

A emporter :Traitement habituel.

Traitement préventif contre le paludisme conseillé par votre médecin, comme : Nivaquine® + Paludrine® ou Savarine® ou Malarone pour les adultes et répulsif Insect Ecran® peau.

Anti-diarrhéique Tiorfan®, Smecta®. Imodium® ou équivalent, si diarrhée fébrile (actif sur les cystites également).

Désinfectant local (Hexomedine®), pansements multi-tailles, quelques compresses.

Désinfectant oculaire (Dacryosérum®). – Anti-pyretique:

Doliprane® ou équivalent (contre la douleur aussi).

Antibiotique à spectre large : Clamoxyl® ou équivalent (infections respiratoires).

BREF APERÇU HISTORIQUE

Vers 50.000 av.JC – Groupes de populations proto-australoïdes
3ème millénaire – Civilisation de l’Indus (Bénarès qui serait selon la tradition la ville plus ancienne du monde, civilisation apparentée à la culture sumériennes).
Vers 1500 – Arrivée des Aryens au Punjab et dans les bassins de l’Indus, du Gange, destruction des villes relatée dans le Rigveda, le plus ancien des 4 livres sacrés
Vers 1000 – Rédaction des Brahmana, textes rituels en prose : Le Brahmanisme
Vers 563 – Naissance de Siddhartha Gautama Shakyamuni qui,  devenu Bouddah, fondera une nouvelle religion : le Bouddhisme en réaction contre le Brahmanime.
Vers 518 – Conquête de la vallée de l’Indus par Darius 1er, roi de la Perse achéménide.
Vers 477 – Mort de Mahavira, le Jina, fondateur du Jaïnisme
IVè av/IVè ap. JC – Composition du Ramayana, épopée sacrée des Hindous
Composition du Mahabharata, autre épopée sacrée des Hindous, dont la Bhagavad-Gita est le joyau de la littérature religieuse en Inde.
326 av. JC – Alexandre le Grand conquiert la Vallée de l’Indus
Ie/IIè ap.JC – Schisme dans le Jaïnisme
Vers 50 – Saint Thomas évangélise la région du delta de l’Indus. Succession de diverses dynasties, tentatives d’unification de la péninsule indienne.
Vers 712 – Influence des Musulmans.
Vers 760 – Shankara, brahmane shivaïte, le plus grand philosophe hindou, fondateur d’un monastère est considéré comme la réincarnation de Shiva.
Fin du XIIème – Introduction de l’ordre musulman soufite de Chishti en Inde
1288/1293 – Voyages de Marco Polo en Inde. Règnes des sultans, fondation de royaumes musulmans
1469-1533 – Nanak, fondateur de la religion des Sikhs.
1498 – Vasco de Gama, ayant contourné l’Afrique touche le port de Calicut sur la côte de Malabar.
1502 – Second voyage de Vasco de Gama, création des comptoirs portugais.
1526 – Début de la dynastie Moghole.
1542 – Saint-François-Xavier à Goa, véritable début de l’action missionnaire
XVIIè  – Fondation de nombreux comptoirs portugais, hollandais, anglais (Madras), Français (Pondichery), suédois et danois
1658-1707 – Aurangzeb, 1er grand Moghol, l’empire commence à sombrer dans l’anarchie
1690 – Fondation à Calcutta de la Compagnie Anglaise des Indes Orientales
1739-1754 – Dupleix en Inde, la moitié du Deccan est sous influence française
1757 – Bataille de Plassey, au Bengale assurant la domination anglaise sur cette province qui sera le noyau du futur empire des Indes Britanniques
1803 – Prise de Delhi par les Anglais qui contrôlent ainsi les derniers Moghols et poursuivent l’annexion des divers états princiers hindous et musulmans
1829 – Loi interdisant de brûler les veuves
1845-49 – Guerre contre les Sikhs qui se soumettent
1857-58 – Révolte des Cipayes
1858 – La Couronne Britannique se substitue officiellement à la Compagnie Anglaise des Indes Orientales pour gouverner les Indes1876
La Reine Victoria est proclamée Impératrice des Indes
1905-10 – Troubles et émeutes à la suite de la partition du Bengale
1911 – Delhi capitale au détriment de Calcutta
1915 – Gandhi, de retour d’Afrique du Sud fait son entrée sur la scène politique
1920 – Gandhi commence sa campagne de non violence
1930-32 – Gandhi prône la désobéissance civile « Marche de Gandhi » : refus de la taxe sur le sel
1935 – Nouvelle constitution élaborée par le gouvernement britannique, retardée elle servira de base à la constitution après 47
1936 – Nehru président du Congrès National de l’Inde
1939-45 – Refus du congrès de soutenir l’Angleterre dans la seconde guerre mondiale, mais à l’entrée du Japon dans le conflit l’Inde devient base de lutte contre les puissances de l’Axe. Le combat pour l’indépendance continue pendant la guerre
1946 – Troubles permanents, grèves, affrontements entre hindous et musulmans
1947 – Lord Mountbatten, nouveau vice-roi des Indes prépare l’indépendance
15 Août 1947 – Proclamation de l’Indépendance mais l’Inde est divisée (Inde, Pakistan, Ceylan)
1948 – Mort de Gandhi
1950 – Proclamation de la République Indienne
1954 – La France cède ses comptoirs
1961 – Les possessions portugaises sont rattachées à l’Inde
1962 – Conflit avec la Chine (Exil du Dalaï Lama en Inde)
1964 – Mort de Nehru
1965 – Guerre avec le Pakistan pour la question du Cachemire
1966 – Indira Gandhi, fille de Nehru, premier ministre
1971 – Nouvelle guerre avec le Pakistan, proclamation de l’indépendance du Bengladesh
1977-79 – Difficultés dues aux mesures d’exception prises par Indira Gandhi
1980 – Retour triomphal d’Indira Gandhi, problème avec les Sikhs
1984 – Assassinat d’Indira Gandhi
1985 – Rajiv Gandhi succède à sa mère et signe un accord avec le chef modéré des Sikhs qui est assassiné
1986 – Émeutes entre hindous et musulmans. Rajiv Gandhi pousse l’Inde vers le 21ème siècle mais son manque d’expérience lui fait commettre trop d’erreurs, voulant aller trop vite.
1989 – Démission de Rajiv Gandhi (scandale) Élections, pour la première fois en Inde, mais aucun parti n’obtient la majorité absolue
1991 – Assassinat de Rajiv Gandhi
1991-96 – Narasimh Rao premier ministre(démission pour corruption) : libéralise l’économie, favorise l’arrivée de capitaux étrangers
1992 – Très graves troubles religieux avec la destruction d’une mosquée à Ayodhya (mort de milliers de personnes).
1996-98 – Instabilité politique, essais nucléaires, tensions avec le Pakistan..

LES RELIGIONS DE L’INDE

Quatre des plus grandes religions se sont rencontrées sur le sol indien : l’hindouisme, le bouddhisme, le christianisme et l’islam ; les deux premières y sont nées. Le Jaïnisme, la religion des sikhs et d’innombrables cultes mineurs y ont vu le jour. L’Inde a également hébergé les juifs et les zoroastriens qui sont devenus partie intégrante de la vie indienne. Même les religions venues de l’extérieur ont adopté les nuances subtiles et indéfinissables qui caractérisent le sous-continent.

LE VEDISME : la religion originelle. (du sanscrit Veda : Savoir)

Apparaît dès la fin du 2ème millénaire, transmis oralement par les Brahmanes, puis transcrit dans divers recueils. Ensemble de rites et de croyances pour le salut de l’âme. Il repose sur trois postulats : le monde est ordonné selon la vérité; l’homme et l’univers s’expliquent l’un par l’autre; l’univers est un peuple d’une multitude d’êtres vivants, animés par la réalité absolue : insectes, démons, génies ou dieux supérieurs (le Panthéon).

Certains dieux s’occupent du spirituel, d’autres luttent contre les forces du mal (Vishnu). Les mouvements de dévotion s’organisent autour de sacrifices (animaux), la recherche individuelle de l’individu est le Salut (le Brahmane) ou l’âme (Atman) en menant une vie ascétique.

Les excès du Védisme, du rituel brahmanique ont déclenché des réactions dont le Bouddhisme et le Jaïnisme sont des manifestations. Le Védisme disparut vers la fin du 7ème siècle mais l’Hindouisme conserve l’ensemble des textes védiques à titre de révélation.

Les Vedas : ce sont les textes de base de l’hindouisme. Cette littérature n’a été fixée que vers le Xème siècle de notre ère. Elle est composée d’hymnes en vers, de commentaires en prose, de spéculations. La dernière partie, les Upanishads, est rédigée en prose ou en vers. Elle rassemble un ensemble de spéculations sur la nature de l’atman, du brahman, de la mort… Elles tentent de fixer certaines réalités. Pour quelques uns, il s’agit d’énigmes, pour d’autres de formules magiques. Aujourd’hui, ces textes sont toujours vénérés par les hindous.

L’HINDOUISME, une façon de vivre

Véritable dédale, il repose sur des croyances fondamentales :

la renaissance ou Samsara, découlant des actes réalisés dans les vies antérieures, ceux-ci bons ou mauvais sont répercutés au cours des existences successives, cette rétribution est le Karma;

la délivrance ou Mukti, le but ultime mettant fin au cycle des renaissances. une seule voie : l’ascèse et la méditation;

le Dharma : loi qui préside à l’ordre des choses, la primauté du cosmos sur l’homme. Vérité et droiture, seule l’ascète peut l’accomplir;

les castes ou Vana, intimement liées à la notion de pureté et d’impureté. Elles se composent ainsi : Les Brahmanes : prêtres, enseignants. Les Kshatriya : guerriers, souverains. Les Vaishya : commerçants, agriculteurs. Les Shudra : serviteurs. Les Intouchables. Il existe en fait aujourd’hui 2 à 300 castes et sous castes bien qu’elles aient plus ou moins été interdites.

les Yogas, diverses voies pour atteindre la réalité ultime : tout est esprit, contrôle progressif du physique et du mental.

L’Hindouisme comporte de très nombreuses traditions dont la Bhakti, attachement et dévotion du fidèle à une divinité ou un gourou (manifestation divine). Cette dévotion est à l’origine des nombreux temples glorifiant essentiellement Vishnu (conservation, protection du monde) et Shiva (destruction par l’intermédiaire des divinités féminines). Reste Brahma (création de l’univers) mais peu de temples lui sont consacrés.

L’Hindouisme ne dissocie pas le profane du sacré. C’est une façon de vivre en harmonie avec le monde.

Le Râmayâna : il s’agit de la seconde grande épopée de l’Inde. Longue de 24 000 versets, sa paternité est attribuée à Valmiki. Elle traite des aventures de Rama, avatara de Vishnou et de son épouse Sita. Banni de son royaume, Rama part en exil dans la forêt en compagnie de sa femme et de son frère Lakshamana. Là ils affrontent toutes sortes d’adversités dont les démons. L’un d’eux, Ravana, enlève Sita. Il l’emprisonne à Lanka (Ceylan). Mais Rama, aidé de l’armée des singes, réussit à la délivrer. Il repart donc vers son royaume en compagnie de Sita.

LE BOUDDHISME, une philosophie de la vie

Pour s’affranchir du monde et de sa souffrance, deux postulats :

le cycle des renaissances, Samsara (réincarnation sous forme humaine, animale ou végétale)

le Karma, la nature de ces existences, agréables ou pas, est liée à la valeur des actes accomplis dans les vies antérieures.

Pour être délivré et atteindre le Nirvana (fin des renaissances), il faut renoncer à l’ignorance, au désir, à la haine, aux passions en observant une morale, en méditant, en pratiquant des exercices apparentés au yoga. L’homme délivré est un arhat, c’est à dire qu’à sa mort il ne renaît pas.

Bouddha : le Bienheureux

Siddhartha Gautama, tel est son nom, est né à Kapilavastu vers 556 av. JC. Le futur Bouddha ou Bodhisattva, «être promis à l’éveil», est issu d’une famille royale. Sa naissance s’accompagne d’une prédiction : il abandonnera le trône en quête de sagesse, pour triompher de la douleur humaine. Son père entend l’écarter de ce dessein. Pour y parvenir , il lui épargne toute vision affligeante. En vain… La révélation de la souffrance apparait au jeune prince sous les traits d’un vieillard, d’un malade et d’un mort qu’on porte au bûcher. A la vue d’un moine il se décide à adopter la condition religieuse : éventuel moyen de libération. A 29 ans, il quitte donc le palais royal et son faste pour devenir mendiant. Pendant 10 ans, il erre et mène une vie ascétique sévère… Sans aucun résultat. Puis, une nuit, à Gaya, il reçoit l’illumination. Il devient Bouddha. Il n’a cessé ensuite de délivrer son message en parcourant les chemins de l’Inde du Nord-Est. La première fois ce fut au parc des Daims à Bénarès. Devant l’étendue de son audience, il créa un ordre de moines, le sangha. Le Bienheureux s’est éteint à 80 ans. Ses dernières paroles furent pour son disciple Ananda, particulièrement affecté par la situation : «toute chose doit disparaître. Un bouddha peut seulement montrer la voie. Sois une lumière pour toi-même. Travaille à ton propre salut sans relâche».

Bouddha quant à lui avait atteint le mahaparinirvana, c’est-à-dire la «grande et totale Extinction».

LE JAINISME, la divinité omniprésente

Créée par un contemporain de Bouddha, cette religion exclut l’idée d’un dieu. Chaque être vivant est une âme à part entière, cette notion entraîne un profond respect pour toute forme de vie, même la plus infime. Elle repose sur la foi, la connaissance et la conduite. Elle exclut l’avarice, la convoitise, le mensonge, la violence et le vol. Scindée en plusieurs branches, elle compte 3 millions d’adeptes à des postes clé de la vie intellectuelle et économique.

LE SIKHISME, la Méditation du Nom

Fondée au 15ème siècle, par Nanak originaire du Panjab, elle compte aujourd’hui plus de 16 millions d’adeptes. Elle fusionne des éléments hindouistes et islamistes (réincarnation karma, monothéisme et doctrine de fraternité), pas de castes.

Trois axes :

Dieu est inconnaissable et omniprésent

l’homme vit dans de fausses valeurs (Maya) qui orientent la vie

pour parvenir à la délivrance, l’homme doit suivre les instructions du Gourou (la voix de Dieu)

Au 17ème siècle, après les persécutions, le mouvement s’est doté d’une branche guerrière « la Communauté des Purs », elle prescrit la barbe et les cheveux non coupés, retenus par un peine, une épée, un bracelet de métal et une culotte courte. Son aile extrémiste, essentiellement installée au Penjab, revendique la création du Pays des Purs.

LES PARSIS, adorateurs du feu

Descendants des Perses émigrés au 7ème siècle, opposition entre la lumière du bien et les forces du mal.

Les adorateurs du feu sont installés à leur mort sur les « Tours du Silence », livrés aux vautours, ne risquant pas ainsi de souiller la terre, l’eau ou le feu. Communauté d’environ 200.000 personnes vivant essentiellement à Bombay, elle a toujours contribué au progrès de la société.

L’ISLAM en Inde

Dès le 7ème siècle, les commerçants arabes vinrent en Inde, puis des envahisseurs musulmans. L’Islam a subi des influences au contact de la tradition hindoue, il a notamment institué une hiérarchie. Les Hindous convertis ont conservé leurs coutumes et leur mode de vie. La diffusion du message revient au soufisme.

LE CHRISTIANISME, « impurs convertis »

Selon une tradition solidement implantée dans le sud, le christianisme en Inde est aussi vieux que saint Thomas qui y aurait passé quelques années près de Madras. D’autres légendes parlent de saint Barthélémy comme du premier missionnaire chrétien en Inde.

Sur un plan historique on peut dire que l’action missionnaire  chrétienne a commencé avec l’arrivée de saint François-Xavier en 1542. Sa tombe à Goa est encore visitée par des milliers de catholiques chaque année.

Les 20 millions de chrétiens descendent pour la plupart des tribus aborigènes ou d’Intouchables qui les missionnaires convertirent dès le 13ème siècle. Ils vivent essentiellement dans le sud et leur conversion ne les a pas empêchés de demeurer au bas de la hiérarchie. Par contre, les quelques communautés du Kerala (nestoriennes, syro-malabares, jacobites) fières d’avoir été christianisées avant l’Europe sont au sommet de la Hiérarchie.

LE JUDAISME , une minorité infime

2 communautés très anciennes (20.000 juifs établis au Kerala avant les Chrétiens) distinctes : les juifs de Cochin  (divisés  en deux castes : « juifs blancs » et « juifs noirs ») qui parlent le malayalam, et les «Enfants d’Israël» qui parlent marathi. La plus importante communauté vit à Bombay. N’ayant jamais dépassé les 30.000, ils ne sont plus actuellement que 5000 (émigration vers Israël, l’Angleterre, les USA et le Canada).