Contactez-nous
Jordanie Le royaume Hachémite
Présentation

Découvrez l'histoire antique et les paysages grandioses de la Jordanie lors d'un voyage sur mesure.

La Jordanie, le pays de Moab et d’Edom dans la Bible, la « Transjordanie » du mandat britannique, le Royaume hachémite d’aujourd’hui… Ce petit pays est riche d’une histoire séculaire, souvent complexe, pris en tenailles entre ses voisins israélien, syrien et irakien et tramé de communautés et de cultures différentes : les bédouins du désert, les Palestiniens de l’exil eux-mêmes de confessions religieuses diverses (chrétiens, musulmans ou orthodoxes). Un kaléidoscope, donc, mais une nation unie, enracinée dans la culture du désert et sa longue tradition des caravanes d’épices et de pierres précieuses qui transitaient de tous temps d’Arabie et du Yemen vers la Méditerranée et dont les Nabatéens de Pétra furent les « banquiers ». A la rencontre de ce superbe pays, aux paysages contrastés (les montagnes du Nord, le désert du Wadi Rum au sud, les splendeurs mystérieuses de Pétra, la mer Rouge…) et aux habitants chaleureux, pour goûter une identité digne et fière de son histoire, gardienne des chemins qui conduisirent Moïse à la tête du peuple hébreu aux confins de la Terre promise, au Mont Nébo, face à Jéricho et Jérusalem.

© TERRALTO

Conseils Terralto pour bien préparer votre voyage sur mesure en Jordanie

CLIMAT

La Jordanie est dotée d’un climat de type méditerranéen. Les précipitations sont limitées à l’hiver et varient de 660 mm sur le plateau, à moins de 50 mm à l’extrême est. Sur les hautes terres, les températures moyennes varient entre 7,2 °C  en hiver et 30 °C en été. Dans la vallée du Jourdain, sur les bords de la mer Morte et dans le désert du Wadi Rum, elles atteignent près de 50 °C en août, le mois le plus chaud.

Quand s’y rendre ? Comment se vêtir ?

Éviter les périodes de grosse chaleur (juillet et août). De décembre à février, dans la région montagneuse d’Amman et du nord de la Jordanie, il peut faire parfois assez froid (la neige n’est pas si rare à Amman) et humide. La meilleure période est donc le printemps (mars-mai) ou l’automne (qui est en fait la fin de l’été dans ces régions), de septembre à novembre. Durant ces deux saisons privilégiées, il faut simplement prévoir un lainage pour les soirées et de quoi se protéger d’une éventuelle pluie (coupe-vent…). Privilégier les vêtements en coton. Si on prévoit une nuit dans le désert du Wadi Rum (en tente bédouine ou en bivouac), on s’équipera d’un sac de couchage à protection thermique moyenne (pour 5°). Cela valant uniquement pour le printemps et l’automne !

En conclusion, l’automne est la saison idéale car il fait doux à peu près partout. Le printemps est agréable (malgré les orages et les vents de sable), le paysage est verdoyant. L’hiver, froid et sec, parfois neigeux. Doux sur la Mer Morte et la Mer Rouge. L’été il peut faire jusqu’à 35° mais la chaleur est sèche et l’altitude la rend supportable (sauf Mer Rouge, désert). Attention cependant aux écarts de températures (nord/sud : 10°) et jour/nuit dans le désert….

ÉQUIPEMENTS À PRÉVOIR

Ne pas oublier : lunettes de soleil, chapeau/casquette, bonnes chaussures “de marche”, crème solaire, bouteille d’eau

RÈGLES DE COURTOISIE

Ne pas annuler les rendez-vous au dernier moment, laisser un don aux lieux de célébration et aux intervenants. Se couvrir les épaules et les jambes sur les sites religieux.

SANTÉ

Aucune vaccination particulière n’est nécessaire (soyez cependant à jour des vaccinations habituelles).

FORMALITÉS POUR LES RESSORTISSANTS FRANÇAIS

Passeport valide 6 mois après le retour.

CARTE D’IDENTITÉ DE LA JORDANIE

Capitale Amman

Superficie 89 342 km2

Population  7 930 491 hab.  (2014) : tribus et 45% de palestiniens (réfugiés de 1948 et 67)

Langues Arabe, Anglais

Religion Islam (92 %) chrétienté (6%)

Courant   220 V + adaptateur

Monnaie Dinar. 1 JOD = env 1,20 Eur

Décalage horaire GMT  + 2 h (soit +1 h par rapport à  la France)

Indicatif téléphonique : 00 + 962 + numéro

GÉOGRAPHIE

La Jordanie est au point de jonction des plaques tectoniques eurasienne, africaine et indienne ayant entraîné, il y a 30 millions d’années, un déplacement de la plaque de la péninsule arabique, et donné naissance sur 7.000 km à la plus grosse fracture de l’écorce terrestre : la grande faille occidentale ou Rift qui se prolonge jusqu’en Afrique orientale Kénya et à la formation de la grande dépression de la Mer Morte, 400 m au dessous du niveau de la mer.

La Jordanie mesure 380 km du nord au sud et 340 km d’est en ouest. Sa superficie est de 89.500 km².
Elle compte plus de six millions d’habitants dont la moitié à Amman, la capitale.

HAUT-PLATEAUX : cette zone s’étend de la Syrie à Aqaba et borde la vallée du Jourdain à l’est. S’y concentre la majorité de la population. L’altitude élevée (entre 800 et 1.500 m) arrête les pluies venant de méditerranée, arrosant les vallées au passage.

Dépression de la ARAVA : prolongement de la grande faille du rift au sud de la vallée du Jourdain, frontière naturelle entre Israël et la Jordanie, elle abrite la Mer Morte (- 400 m au-dessous du niveau de la mer ).

Le DÉSERT occupe 80 % du pays. Les deux superficies désertiques les plus importantes sont au nord-est vers l’Irak, et au sud-est vers l’Arabie Saoudite. Ce dernier se prolonge vers l’ouest jusqu’à la dépression de la Arava : c’est le fameux désert du Wadi Rum;

LA MER ROUGE : elle est le seul débouché direct du pays vers l’extérieur. Le port d’Aqaba en est le symbole : activité intense, exportations et importations de matières premières et de marchandises.

REPÈRES HISTORIQUES

50.000-15.000 av JC  Paléolithique

15.000-10.000  Mésolithique

10.000-4500  Néolithique – Apparition de la vie sédentaire.

4500-3100  Chalcolithique – Utilisation du cuivre.

3100-1900  Ancien bronze – Occupation par les Amorites et les Cananéens

1900-1550  Moyen bronze – Expansion de l’Empire égyptien, nombreuses invasions.

1550-1200  Récent bronze – échanges commerciaux avec l’Égypte, Chypre et le Monde Hellénistique. Vers 1330, invasion hittite, progrès de l’écriture (les tablettes d’Ugarit).

1200-539  Âges du fer I et II – Invasion par les peuples de la mer : philistins puis assyriens, babyloniens…

539-333  Époque perse achéménide – Guerres médiques entre les perses et les grecs.

333-63  Époque hellénistique – Alexandre le Grand envahit la Syrie et la Palestine en 333. À sa mort en 323 ses généraux se disputent son Empire.

63-324  Époque romaine. Jusqu’à la mort de Théodose 1er le Grand (64 conquête de la Syrie et de la Palestine par Pompée, création de la Décapole,fédération rattachée à la province romaine de Syrie).

324-638  Époque byzantine – Invasions perses et premiers troubles  entre chrétiens et musulmans au sud de Kerak.

629  Mahomet s’empare de la Mecque.

638-1516  Époque musulmane

661-750 Dynastie des Omeyyades (grandes réalisations : mosquées, palais du désert).

750-1099 Pouvoir des Abbassides qui transfèrent la capitale à Bagdad, décadence de la Syrie et de la Jordanie.

1099-1187 Royaume latin de Jérusalem, les Croisés bâtissent des forteresses.

1250-1292 Les Mamelouks s’emparent des possessions franques.

1401  Invasion mongole, mise à sac de Alep et de Damas.

1453 Prise de Constantinople par les Turcs.

1516-1918  Domination ottomane

1520-1566 Règne de Soliman le Magnifique qui étend la domination des Turcs sur toute l’Arabie.

1832-1841 Reprise de contrôle par l’Égypte qui se retire après l’intervention des Européens.

1916 Révolte des tribus arabes (Lawrence d’Arabie).

1917-1918 Campagne du Général anglais Allenby, fin de la domination ottomane.

La Jordanie contemporaine

1918-1923  La Grande Bretagne place la Transjordanie et la Palestine sous autorité militaire.

1923 /24  Londres accepte la création de l’Émirat de Transjordanie .

1946  Indépendance de la Syrie et de la Transjordanie.

14 mai 1948   Création de l’État d’Israël. La guerre éclate entre la nouvelle nation et les états arabes voisins :  Transjordanie, Égypte, Syrie, Liban, Irak. Fin du Conflit en octobre 1949, Jérusalem est divisée en deux parties, israélienne et jordanienne. Le royaume de Transjordanie annexe les territoires à l’ouest du Jourdain (Cisjordanie) et prend le nom de Royaume Hachémite de Jordanie (le roi Abdallah). Assassinat d’Abdallah à Jérusalem. Son fils Talal lui succède un an. Hussein, petit-fils d’Abdallah, le remplace à 17 ans.

1967  Perte de la Cisjordanie et de Jérusalem après la guerre des 6 jours

1970  « Septembre Noir ». Autorité d’Hussein reconnue, exil des Palestiniens.

1986-88  Rupture des liens administratifs entre la Cisjordanie occupée et la Jordanie.

1990-91  La Jordanie adopte une position « ambiguë »dans le conflit Irak/Koweït.

1994  Accords  »  historiques  » entre la Jordanie et Israël.

1999  Mort du roi Hussein et accession au trône d’Abdallah II.

2000-2003  Une nouvelle intifada éclate en septembre 2001. Il y a le retour de la droite au pouvoir en Israël en février 2001 qui touchent directement le pays ( un pays qui est peuplé à moitié de palestiniens).

2005  Le roi lance un processus de réorganisation et de décentralisation du royaume ; à la place des douze provinces existantes elles sont  remplacées par trois grandes régions ( le Nord, le Centre et le Sud).

2010  Tirs de roquettes depuis la bande de Gaza sur Eilat ( Israël) et Aqaba ( Jordanie).

LES NABATÉENS

Début/fin de règne Souverain
Inconnu
-170 av. J.-C. / -168 Arétas 1er
Vers -120 / -96 Arétas II
-96 / vers -85 Obodas 1er, fils d’Arétas II
-84 / vers -62 Arétas III « Philhellène »
-62 / -60 Obodas II
-60 / -30 Malichos 1er
-30 / -9 Obodas III
-9 / 40 ap. J.-C Arétas IV
40 / 70 Malichos II? Fils d’Arétas IV et épous de la reine Shaqilat
70 / 106 Rabbel II, fils de Malichos II et époux de la reine Gamilat, puis d’Agru

Les Nabatéens sont un peuple commerçant et caravanier du sud du Levant et du nord-ouest de l’Arabie à l’époque hellénistique et romaine, que Grecs et Romains appelaient « barbares ». Rien n’est connu des nabatéens avant Alexandre le Grand.  Ils sont du côté de Pétra mais totalement nomades.

Vers 312 av. J.-CC., ils sont déjà fort riches car ils savent trouver, stocker et cacher l’eau dans le désert.  Ils excellent dans le brigandage, le commerce de l’asphalte de la Mer Morte, des aromates de l’Arabie Heureuse.

Trois tentatives pour s’emparer de Petra échouent et dissuadent les rois hellénistiques continuer à s’attaquer aux Nabatéens qui peuvent construire un État qui sort peu à peu de l’ombre aux IIIeme et IIème siècles av. J.-C. Les nabatéens commencent leur incursion vers le nord, jusqu’à Bosra en Syrie, mais se heurtent rapidement aux juifs de Judée.

Dans les années 65/63, les romains s’intéressent  de plus en plus aux richesses des Nabatéens, et Pétra est conquise en 58. Mais le royaume nabatéen va subsister pendant plus d’un siècle et demi et continuer à prospérer grâce à l’unification du marché méditerranéen sous tutelle romaine.

En 106 av. J.-C. Trajan annexe le royaume nabatéen et constitue la Province Romaine d’Arabie (capitale Bosra). Cependant, durant deux siècles et demi, les monuments et sanctuaires nabatéens fleurissent, surtout à la campagne. La langue subsiste avant d’être remplacée par le grec, pour l’écrit notamment.

Tout s’arrête le soir du 19 mai 363 par un terrible séisme : Pétra et la plupart des villes et villages de la région sont détruits. Pétra s’en « remettra » malgré tout et pendant la période byzantine, jusqu’à la conquête musulmane, (VIIème s.), les Nabatéens, devenus chrétiens, continueront de prospérer, mais la « grandeur » de Pétra n’est plus !

Al-ʾUrdunn, الأردنّ

Le Royaume hachémite de Jordanie est entouré à l’ouest par la Palestine et Israël, le long du Jourdain et de la mer Morte, au sud par l’Arabie Saoudite, à l’est par l’Irak et au nord par la Syrie, avec en outre un accès à la mer Rouge par le golfe d’Aqaba. Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam ont façonné l’histoire du pays et y ont laissé des traces saisissantes de leurs richesses culturelles. De la Mer Rouge au abord du Lac de Tibériade, du désert du Wadi Rum au désert de Syrie, de Petra à Jérash, les vestiges des civilisations anciennes se succèdent dans des paysages « époustouflants » (n’ayons pas peur des mots !). Pays des couleurs : la Mer Rouge, Pétra « la Rose », Amman « la Blanche », la mer Morte bleu, vert, blanche selon les dépôts du sel, et partout l’orange, le jaune et l’or du désert. Chaque habitant vous accueille par un As-salam alaykom « que la paix soit sur vous » est un pays de traditions, accueillant, moderne et vivant !

 » Tout à coup, je l’ai vu. Le Trésor, la légèreté, la tendresse. La nouveauté. Une idée. Mieux qu’une idée, un rêve. Couleur de nuage. ..Un rêve […] jailli comme un visage de pierre. « J.-M. G. Le Clézio in Pétra. Le Dit des pierres, 1993