Contactez-nous
Jordanie Le royaume Hachémite
Présentation

Découvrez l'histoire antique et les paysages grandioses de la Jordanie lors d'un voyage sur mesure.

La Jordanie, le pays de Moab et d’Edom dans la Bible, la « Transjordanie » du mandat britannique, le Royaume hachémite d’aujourd’hui… Ce petit pays est riche d’une histoire séculaire, souvent complexe, pris en tenailles entre ses voisins israélien, syrien et irakien et tramé de communautés et de cultures différentes : les bédouins du désert, les Palestiniens de l’exil eux-mêmes de confessions religieuses diverses (chrétiens, musulmans ou orthodoxes). Un kaléidoscope, donc, mais une nation unie, enracinée dans la culture du désert et sa longue tradition des caravanes d’épices et de pierres précieuses qui transitaient de tous temps d’Arabie et du Yemen vers la Méditerranée et dont les Nabatéens de Pétra furent les « banquiers ».

C’est un superbe pays, aux paysages contrastés (les montagnes du Nord, le désert du Wadi Rum au sud, les splendeurs mystérieuses de Pétra, la mer Rouge…) et aux habitants chaleureux, fiers de leur histoire et de leur culture. Ce riche patrimoine peut s’explorer de différentes manières : la découverte culturelle, l’itinéraire spirituel et le trek.

La Jordanie culturelle

Sur une terre marquée par plus de deux millénaires d’histoire, les civilisations qui s’y sont succédées ont inscrit dans les âges les signes de leur enracinement : les sites nabatéens de Petra et d’El-Beidah, le site gréco-romain de Jerash, les mosaïques byzantines d’Umm er Rasas et de Madaba, les châteaux du désert des califes omeyades, les forteresses croisées du Royaume du Jérusalem.

Découvrez nos programmes culturels : la Jordanie à la croisée des chemins et des civilisations, et les visages de la Jordanie

La Jordanie biblique

La Jordanie biblique qui fut gardienne des chemins qui conduisirent Moïse à la tête du peuple hébreu aux confins de la Terre promise, au Mont Nébo, face à Jéricho et Jérusalem. Ses rives du Jourdain furent témoin du baptême de Jésus par Jean le Baptiste, celles du lac de Tibériade furent visitées par Jésus et ses compagnons et furent le cadre d’un épisode célèbre du Nouveau Testament lorsque le Christ libéra des possédés en transférant les démons dans des pourceaux qui se jetèrent dans le lac.

Découvrez nos programmes spirituels en Jordanie : un spi-trek en famille et sur la Route de l’Exode

Le trek en Jordanie

Les paysages variés permettent un véritable dépaysement et les efforts fournis sont recompensés par des panoramas extraordinaires. Le silence et la beauté des grands espaces désertiques et montagneux encouragent la libre circulation des idées et des souvenirs. Ces marches ont une dimension méditative. Elles peuvent être spirituelles et être propice à la prière, fondées sur la conscience de suivre les pas des hébreux. Elles peuvent être sportives, le relief accidenté, la chaleur, le bivouac dans le désert sont autant de défis relevés dont on peut être fier une fois rentré chez soi. Parmi les passages particulièrement mémorables, on trouve la traversée du Wadi Rum, la montée au sommet du Mont Aaron, l’exploration complète de Pétra, et la vallée de Dana.

Notre programme de trek pour un groupe d’amis ou une famille

Conseils Terralto pour bien préparer votre voyage sur mesure en Jordanie

CLIMAT

La Jordanie est dotée d’un climat de type méditerranéen. Les précipitations sont limitées à l’hiver et varient de 660 mm sur le plateau à moins de 50 mm à l’extrême est. Sur les hautes terres, les températures moyennes varient entre 7,2 °C  en hiver et 30 °C en été. Dans la vallée du Jourdain, sur les bords de la mer Morte et dans le désert du Wadi Rum, elles atteignent près de 50 °C en août, le mois le plus chaud.

Quand s’y rendre ? Comment se vêtir ?

Éviter les périodes de grosse chaleur (juillet et août). De décembre à février, dans la région montagneuse d’Amman et du nord de la Jordanie, il peut faire parfois assez froid (la neige n’est pas si rare à Amman) et humide. La meilleure période est donc le printemps (mars-mai) ou l’automne (qui est en fait la fin de l’été dans ces régions), de septembre à novembre. Durant ces deux saisons privilégiées, il faut simplement prévoir un lainage pour les soirées et de quoi se protéger d’une éventuelle pluie (coupe-vent…). Privilégier les vêtements en coton. Si on prévoit une nuit dans le désert du Wadi Rum (en tente bédouine ou en bivouac), on s’équipera d’un sac de couchage à protection thermique moyenne (pour 5°). Cela valant uniquement pour le printemps et l’automne !

En conclusion, l’automne est la saison idéale car il fait doux à peu près partout. Le printemps est agréable (malgré les orages et les vents de sable), le paysage est verdoyant. L’hiver, froid et sec, est parfois neigeux, doux sur la Mer Morte et la Mer Rouge. L’été il peut faire jusqu’à 35° mais la chaleur est sèche et l’altitude la rend supportable (sauf Mer Rouge, désert). Attention cependant aux écarts de températures (nord/sud : 10°) et jour/nuit dans le désert…

RENSEIGNEMENTS UTILES

  • Formalités pour les ressortissants français : Passeport valide 6 mois après le retour.
  • Monnaie : Dinar jordanien (JOD). Le change est plus avantageux aux postes-frontières (ou à l’aéroport) et dans les banques que dans les hôtels. On peut payer par carte bancaire dans la plupart des magasins d’une certaine importance à Amman et à Aqaba mais guère ailleurs. On peut l’utiliser aussi pour des retraits d’espèces dans les distributeurs automatiques des banques uniquement à Amman et à Aqaba.
  • Santé : Aucune vaccination particulière n’est nécessaire (soyez cependant à jour des vaccinations habituelles). Éviter boissons glacées, crudités trop fréquentes et en quantité, courants d’air, épices en excès. Boire suffisamment, se méfier des aliments périssables (houmous…). Pour éviter les angines, se méfier de la climatisation, des courants d’air, des coups de chaleur…Prévenir les ampoules, soigner les petites coupures et plaies. Pour prévenir les coups de fatigue, boire suffisamment et en petites quantités à chaque fois, prendre du sucre et du sel…
  • Équipement à prévoir : Ne pas oublier les lunettes de soleil, chapeau/casquette, bonnes chaussures “de marche”, crème solaire, bouteille d’eau
  • Règles de courtoisie : Ne pas annuler les rendez-vous au dernier moment, laisser un don aux lieux de célébration et aux intervenants. Se couvrir les épaules et les jambes sur les sites religieux.
  • Courant : 220 V + adaptateur
  • Eau : Comme dans tout le Proche et le Moyen-Orient, l’eau est un bien plus que précieux. C’est de l’or. D’où l’enjeu géopolitique qu’elle représente pour les relations entre les pays. La Jordanie est particulièrement touchée par la précarité de l’eau accentuée par la sécheresse quasi continue de ces dernières années. Vous serez donc solidaires de cette situation: ne vous emportez pas si l’eau coule parcimonieusement dans votre salle de bains, ne la gâchez pas et, dans certains endroits, ne vous étonnez pas qu’elle manque. On vous sera toujours reconnaissant de l’offrir en cadeau (bouteilles d’eau minérale) dans des endroits qui en manquent cruellement. L’eau du robinet est consommable à Amman mais ailleurs prenez de l’eau en bouteilles capsulées.
  • Décalage horaire : GMT  + 2 h (soit +1 h par rapport à  la France)
  • Téléphone : Pour téléphoner de Jordanie en France, 0033 puis numéro du correspondant sans le zéro. Pour téléphoner de France en Jordanie, l’indicatif de la Jordanie étant le 962, faites le 00962, puis l’indicatif de la ville sans le zéro, par exemple 6 pour Amman, puis le numéro du correspondant. Pour appeler d’une ville à l’autre, indicatif de la ville avec le zéro cette fois (exemple 06 pour Amman) puis le numéro du correspondant (dans la même ville : uniquement le numéro du correspondant).
  • Domaine internet : .jo
  • Pourboires : Il est d’usage (à vrai dire quasiment obligatoire, c’est un complément de salaire) de gratifier les services d’un pourboire. Ne vous en offusquez pas, c’est la coutume, même si le service est compris sur la note. Considérez que le pourboire doit représenter 10% du prix.

CARTE D’IDENTITÉ

  • Nom officiel : Royaume hachémite de Jordanie
  • Nature du régime : Monarchie parlementaire
  • Capitale : Amman
  • Superficie : 92 300 km2
  • Population  10 100 000 hab. (2019) : tribus et près de 50% de palestiniens (réfugiés de 1948 et 67 et de la première guerre du Golfe), mais aussi des réfugiés Circassiens arrivés au XIX° s. à la suite de la conquête du Caucase par les Russes, des Tchétchènes, des Arméniens rescapés du génocide de 1915 et recueillis par des familles bédouines et plus récemment des Pakistanais, des Philippins et des Irakiens, conséquence des deux guerres du Golfe).
  • Langues courantes : Arabe, Anglais
  • Religion : Islam sunnite (92 %), chrétienté (6%), autres (2% : Druzes, chiites)

La Jordanie, découvrir la terre ancestrale des seigneurs du désert

GÉOGRAPHIE

La Jordanie est au point de jonction des plaques tectoniques eurasienne, africaine et indienne ayant entraîné, il y a 30 millions d’années, un déplacement de la plaque de la péninsule arabique, et donné naissance sur 7.000 km à la plus grosse fracture de l’écorce terrestre : la grande faille occidentale ou Rift qui se prolonge jusqu’en Afrique orientale (Kénya) et à la formation de la grande dépression de la Mer Morte, 400 m au dessous du niveau de la mer.

La Jordanie mesure 380 km du nord au sud et 340 km d’est en ouest.

Les Hauts-plateaux : cette zone s’étend de la Syrie à Aqaba et borde la vallée du Jourdain à l’est. S’y concentre la majorité de la population. L’altitude élevée (entre 800 et 1.500 m) arrête les pluies venant de méditerranée, arrosant les vallées au passage.

La dépression de la Arava : prolongement de la grande faille du rift au sud de la vallée du Jourdain, frontière naturelle entre Israël et la Jordanie, elle abrite la Mer Morte (- 400 m au-dessous du niveau de la mer).

Le désert occupe 80 % du pays. Les deux superficies désertiques les plus importantes sont au nord-est vers l’Irak, et au sud-est vers l’Arabie Saoudite. Ce dernier se prolonge vers l’ouest jusqu’à la dépression de la Arava : c’est le fameux désert du Wadi Rum.

La mer Rouge : elle est le seul débouché direct du pays vers l’extérieur. Le port d’Aqaba en est le symbole : activité intense, exportations et importations de matières premières et de marchandises.

LES NABATÉENS, UNE CIVILISATION DU DÉSERT

Les Nabatéens sont un peuple commerçant et caravanier du sud du Levant et du nord-ouest de l’Arabie à l’époque hellénistique et romaine, que Grecs et Romains appelaient « barbares ». Rien n’est connu des nabatéens avant Alexandre le Grand.  Ils sont du côté de Pétra mais totalement nomades. Vers 312 av. J.-CC., ils sont déjà fort riches car ils savent trouver, stocker et cacher l’eau dans le désert.  Ils excellent dans le brigandage, le commerce de l’asphalte de la Mer Morte, des aromates de l’Arabie Heureuse. Trois tentatives pour s’emparer de Petra échouent et dissuadent les rois hellénistiques continuer à s’attaquer aux Nabatéens qui peuvent construire un État qui sort peu à peu de l’ombre aux IIIeme et IIème siècles av. J.-C. Les nabatéens commencent leur incursion vers le nord, jusqu’à Bosra en Syrie, mais se heurtent rapidement aux juifs de Judée. Dans les années 65/63, les romains s’intéressent  de plus en plus aux richesses des Nabatéens, et Pétra est conquise en 58. Mais le royaume nabatéen va subsister pendant plus d’un siècle et demi et continuer à prospérer grâce à l’unification du marché méditerranéen sous tutelle romaine. En 106 av. J.-C. Trajan annexe le royaume nabatéen et constitue la Province Romaine d’Arabie (capitale Bosra). Cependant, durant deux siècles et demi, les monuments et sanctuaires nabatéens fleurissent, surtout à la campagne. La langue subsiste avant d’être remplacée par le grec, pour l’écrit notamment. Tout s’arrête le soir du 19 mai 363 par un terrible séisme : Pétra et la plupart des villes et villages de la région sont détruits. Pétra s’en « remettra » malgré tout et pendant la période byzantine, jusqu’à la conquête musulmane, (VIIème s.), les Nabatéens, devenus chrétiens, continueront de prospérer, mais la « grandeur » de Pétra n’est plus !

AL-URDUNN, الأردنّ

Le Royaume hachémite de Jordanie est entouré à l’ouest par la Palestine et Israël, le long du Jourdain et de la mer Morte, au sud par l’Arabie Saoudite, à l’est par l’Irak et au nord par la Syrie, avec en outre un accès à la mer Rouge par le golfe d’Aqaba. Le Judaïsme, le Christianisme et l’Islam ont façonné l’histoire du pays et y ont laissé des traces saisissantes de leurs richesses culturelles. De la Mer Rouge au abord du Lac de Tibériade, du désert du Wadi Rum au désert de Syrie, de Petra à Jérash, les vestiges des civilisations anciennes se succèdent dans des paysages « époustouflants » (n’ayons pas peur des mots !). Pays des couleurs : la Mer Rouge, Pétra « la Rose », Amman « la Blanche », la mer Morte bleu, vert, blanche selon les dépôts du sel, et partout l’orange, le jaune et l’or du désert. Chaque habitant vous accueille par un As-salam alaykom « que la paix soit sur vous » est un pays de traditions, accueillant, moderne et vivant !

 » Tout à coup, je l’ai vu. Le Trésor, la légèreté, la tendresse. La nouveauté. Une idée. Mieux qu’une idée, un rêve. Couleur de nuage. ..Un rêve […] jailli comme un visage de pierre. « J.-M. G. Le Clézio in Pétra. Le Dit des pierres, 1993

© TERRALTO