Contactez-nous
Le blog / Infos destinations

La fracture entre orthodoxes et catholiques

Histoire  La fracture entre orthodoxes et catholiques

Dans le hors-série L’HISTOIRE, Byzance l’empire de mille ans, juillet-septembre 2018, l’historien Michel Kaplan explique comment de mauvaises traductions engendrent une scission irrémédiable au sein de l’Église chrétienne. Avant tout, il y a les effets du temps et des coutumes installées à l’est et à l’ouest de la Méditerranée : l’isolement du pape dans un empire disparu, un fonctionnement différent, la forte proximité de l’empereur byzantin, une conception plus collégiale de l’Église orientale. Mais un détail comme un grain de sable fait dérailler la bonne marche des choses.

Pour prévenir les velléités de l’évêque de Trani de rejoindre les papistes, l’un des bras droits du patriarche lui expose un argumentaire. Le représentant du Pape qui croit mieux connaitre le grec, multiplie les erreurs de traduction tout en déclarant, à tort, cette lettre de la main du Patriarche. Reçue comme une provocation par le pape Léon IX, cette lettre ou plutôt sa traduction déclenche un engrenage infernal attisé par le mauvais grec des romains et le mauvais latin des byzantins. La condamnation et l’ultimatum du pape provoque l’irréparable. La réaction d’abord incrédule puis excédé du Patriarche pousse le représentant du pape à Byzance à prononcer l’excommunication du patriarche. Il n’a alors plus d’autre choix que de répondre par la réciproque.

L’éloignement des cultures a conduit à une méfiance et a autorisé un quiproquo linguistique dont les conséquences restent encore irréparables.

Une lecture de ce Hors-Série est indispensable avant de partir à la découverte d’un pays orthodoxe en Grèce, en Macédoine, en Russie ou à Istanbul !

Voir aussi