Contactez-nous
Le blog / Infos destinations

Pèleriner autrement

Le pèlerinage handicapés en Terre Sainte  Israël & Palestine Pèleriner autrement

Par Jean-Pierre Baly, Président de l’Hospitalité du Havre

Se rendre en pèlerinage à Lourdes en accompagnement des pèlerins malades ou handicapés est le fondement même de l’existence et du fonctionnement de nos Hospitalités depuis plus d’un siècle.

Le message de Lourdes est, en quelque sorte, l’ADN de nos associations et c’est la mise en œuvre de ce message qui chaque année nous invite à renouveler notre démarche jusqu’au pied de la Vierge Marie à la Grotte de Massabielle.

Bernadette, se trouvant à Nevers, loin de sa « chère grotte » était souvent importunée par des visiteurs et lors des conversations revenait immanquablement la même question à propos de son éloignement de Lourdes, à celle-ci elle répondait : « Lourdes n’est pas à  Lourdes ».

En effet, à la fin de chacun de nos pèlerinages, nous nous invitons mutuellement à faire perdurer l’esprit de Lourdes qui nous a animés au cours de ces journées au service des plus faibles.

C’est dans cet esprit que quelques Hospitalités ont souhaité vivre et faire vivre « l’esprit de Lourdes » dans d’autres contrées, en particulier la Terre Sainte.

Vivre un pèlerinage en Terre Sainte avec des pèlerins handicapés c’est vivre une expérience  de foi hors du commun.

C’est effectuer, malgré la difficulté technique, la non adaptabilité des lieux et des hébergements (parfois !) une démarche « Tous Ensemble » vers les lieux saints.

C’est vivre une expérience forte de partage, d’amitié et de vie en commun.

C’est découvrir ensemble le silence lors d’un temps de célébration au désert après avoir cheminé sur un terrain peu approprié aux fauteuils.

C’est renouveler nos promesses du baptême en suivant Jean Baptiste au bord du Jourdain et mettre en œuvre toute notre bonne volonté d’hospitalier pour que les personnes les plus handicapées puissent vivre pleinement ce rare moment.

C’est descendre, à la grotte de la nativité à Bethléem, des pèlerins handicapés, ce qui est un exercice physique éprouvant, mais à ce moment précis, la parole « portée par la prière » prend toute sa signification pour les « portés » comme pour les « porteurs »… !

C’est emprunter le chemin menant au calvaire de Jésus dans le dédale des ruelles de Jérusalem ;  porter la Croix en compagnie d’un pèlerin en fauteuil nous ouvre à une autre dimension spirituelle de ce chemin.

C’est vivre la traversée du lac de Tibériade sur les lieux mêmes de la présence de Jésus,  en compagnie des pèlerins en difficulté (dont l’embarquement  n’a pas été, aussi, sans difficultés !) est un moment rare pour eux comme pour nous.

C’est méditer à Capharnaüm, dans cette église recouvrant les ruines de ce village bi millénaire, l’évangile de Marc : « Jésus était de retour à Capharnaüm, et la nouvelle se répandit qu’il était à la maison. Tant de monde s’y rassembla qu’il n’y avait plus de place, même devant la porte. Il leur annonçait la Parole.
Arrivent des gens qui lui amènent un paralysé, porté par quatre hommes. Comme ils ne peuvent l’approcher à cause de la foule, ils découvrent le toit au-dessus de Jésus, font une ouverture et descendent le brancard sur lequel était couché le paralysé » 

C’est découvrir que notre mission, à Lourdes, comme ailleurs, c’est celle renouvelée de ces quatre hommes qui font fi des difficultés, qui mettent en œuvre leur bon sens, leurs forces, pour que ce « paralytique » puisse profiter de l’enseignement du maître et eux même profiter de cette proximité pour mieux s’en nourrir.

Lors de ces pèlerinages, Lourdes était en Judée, en Galilée, à Nazareth, à Bethleem, à Jérusalem, sur le lac de Tibériade, au bord du Jourdain….

Lourdes était dans l’intimité de la chambre auprès de la personne servie,

Lourdes était dans la ferveur de nos célébrations,

Lourdes était dans les échanges autour d’un plat typique,

Lourdes était dans la joie partagée autour d’un verre dans la chaleur de la nuit orientale.

Alors oui, « Lourdes n’est pas ( toujours.. ) à Lourdes ».

Voir aussi