Contactez-nous
Le blog / Infos destinations

La cathédrale russe orthodoxe de la Sainte-Trinité à Paris

Rencontre  Ile de France La cathédrale russe orthodoxe de la Sainte-Trinité à Paris

À l’occasion de la semaine de l’Unité des Chrétiens, le 22 janvier, Terralto a invité les paroisses parisiennes à une visite de la Cathédrale Russe de la Sainte Trinité, quai Branly.

Trois d’entre elles (la paroisse Saint Thomas d’Aquin, la paroisse du Cœur Eucharistique de Jésus et la Paroisse Saint Jean Baptiste de Neuilly) ont été intéressées  et se sont présentées avec plus de cent paroissiens.

Nous avons demandé à notre ami le Père Jivko PANEV, prêtre orthodoxe de guider la visite et d’animer un petit débat sur l’Orthodoxie.

Quel bonheur d’écouter Jivko présenter cette cathédrale ! Les raisons de cette construction, témoin d’une présence de plus en plus forte des Russes expatriés à Paris. Le sens de l’architecture. Le rôle des Icônes. Le déroulement de la célébration…

S’en est suivi un débat autour de ce qui nous sépare (des questions politiques que Jivko qualifie de fruits du Malin « qui cherche à séparer ») comme de ce qui nous rassemble et en premier la Célébration Eucharistique (qui parait si différente et qui est pourtant si proche de la nôtre).

Parmi les questions théologiques, Jivko évoque Marie dont l’importance ne fait pas plus débat chez les Orthodoxes que chez les Catholiques. Reste que le dogme de l’Immaculée Conception date du 19° siècle, en pleine confrontation entre les Catholiques et les Protestants. Il n’est donc pas partagé par nos frères orthodoxes. Pour eux, Marie est pleinement « humaine » et n’est pas « immaculée dès sa naissance du fait divin ». Elle n’est donc pas protégée du Malin ou de la tentation. Elle est pleinement incarnée. Et pourtant, elle a su rester « pure de tout péché ».  C’est pour cette raison qu’elle est choisie et qu’elle est un modèle. Belle théologie !

Merci Jivko pour ce moment de bonheur et de partage.

PS :  Je retiens aussi la symbolique du couronnement des époux lors de leur mariage. La couronne est le symbole du « martyr » : c’est-à-dire du témoin parce que les époux ont vocation à être témoins de l’amour jusqu’à la mort.

Voir aussi